L’IMPACT DE LA FEMME DU SECTEUR INFORMEL DANS L’ECONOMIE AFRICAINE

Les femmes Africaines qu’elles soient qualifiées ou non, elles contribuent à la croissance économique du continent malgré de nombreux obstacles structurels.
Au départ, les femmes non qualifiées du secteur informel étaient mise à l’écart sur le marché du travail formel, ce secteur a subis une ascension fulgurante. Notamment au Togo, avec les « Nana Benz » Togolaises ayant fait fortune dans le commerce informel des tissus wax de la période coloniale aux années 2000.
Ceci a changé la vision de la société Africaine sur la gente féminine, en plaçant les femmes au cœur des stratégies urbaines de survie des ménages. Ce changement à renforcer chez celles-ci le Leadership féminin. Un renforcement du marché informel qui s’accompagne de succès sur le long terme.
Les femmes du secteur informel constituent 70% de la main d’œuvre agricole du continent et concourent à la production de 90% des denrées alimentaires. De même, se plaçant au-delà de la moyenne recensée dans toutes les autres régions, les femmes africaines produisent 61,9% des biens économiques.
Certains gouvernements Africains ont compris qu’il fallait épauler et suivre ces femmes pour accroître davantage l’économie Africaine. Notamment, en Côte d’Ivoire, où des fonds sont distribués aux femmes pour soutenir leur activité. Espérons que dans les années à venir ces femmes soient davantage prise en charge pour ainsi développer ce secteur.

THE IMPACT OF WOMEN IN THE INFORMAL SECTOR IN THE AFRICAN ECONOMY

African women, whether skilled or unskilled, are contributing to the continent’s economic growth despite many structural obstacles.
Initially, unskilled women in the informal sector were sidelined in the formal labour market, but this sector has risen sharply. Notably in Togo, with the Togolese “Nana Benz” who made their fortune in the informal trade of wax fabrics from the colonial period to the 2000s.
This has changed African society’s view of women, placing women at the heart of urban household survival strategies. This change has strengthened women’s leadership. A strengthening of the informal market that is accompanied by long-term success.
Women in the informal sector make up 70% of the continent’s agricultural workforce and contribute to the production of 90% of the continent’s food. Similarly, ranking above the average in all other regions, African women produce 61.9% of economic goods.
Some African governments have recognized the need to support and monitor these women in order to further increase Africa’s economy. Notably, in Côte d’Ivoire, where funds are distributed to women to support their activities. Let us hope that in the years to come these women will be better taken care of in order to develop this sector.